Fair-play ≠ Spirit

Fair Play :

« (Qualité de celui) qui respecte les règles du jeu et sait accepter la défaite. »

(Source : http://www.cnrtl.fr/definition/fair-play)

C’est une légende qui se propageait à une époque. Je ne l’ai pas entendue depuis longtemps, mais à l’image de certains de mes ex-coéquipiers, je sais qu’elle doit encore faire des ravages aux quatre coins de la France. La légende en question : l’ultimate est le seul sport (au monde !!) à décerner un prix du fair-play.

Image

Je l’avoue : moi aussi j’y ai cru à une époque. Et puis j’ai touché un peu à d’autres sports, et je me suis vite rendu compte (après mon premier tournoi en dehors de l’ultimate, en fait) que d’autres accordaient une importance, un prix, un trophée, à cette notion.

J’ai pu lire sur beaucoup de visages une réelle émotion, une véritable surprise et une immense fierté à l’annonce d’un résultat du prix du fair-play. Je connais (un peu) la sensation : la satisfaction d’un jeu agréable pour tous, la reconnaissance de ses pairs, etc. Mais je trouve dommage qu’on s’extasie pour un prix du fair-play.

Pour être clair, je suis pour la reconnaissance des valeurs morales et sociales dans le sport à travers un prix. Mais il me semble qu’on a bien plus que du fair-play à l’ultimate : on a l’Esprit du Jeu. Et à sa place, je n’aimerais pas qu’on me traite de vulgaire « fair-play ».

Si on prend la définition ci-dessus comme référence, on peut dire qu’un mec ou une nana fair-play, c’est un quelqu’un qui connaît les règles de son sport, et qui sait perdre en souriant (peu importe l’authenticité de ce sourire). La personne la plus fair-play, ce serait donc celui ou celle qui connaît le mieux les règles de son sport, et qui sourirait le plus après avoir perdu. (Ça peut expliquer pourquoi on retrouve souvent le fair-play en bas du classement, là où les équipes ont plus fréquemment l’occasion de montrer leur sourire Freedent post-défaite.)

Même si ces composantes de règlement et de « savoir-perdre » sont essentielles quand on parle de Spirit, je pense que notre concept englobe des attitudes bien plus complexes, et qui sont elles spécifiques à notre pratique. Les fiches de Spirit que nous remplissons maintenant, malgré d’autres défauts, ont cette qualité : elles accordent du poids à des valeurs au-delà du simple fair-play.

Je ne voudrais pas tomber dans la mièvrerie, mais il me paraît important de souligner ce qui me paraît important dans le Spirit, et qui n’apparait pas dans la notion de fair-play. Voici mon interprétation, ni plus lourde ni plus légère que la vôtre.

Tout d’abord il y a l’intégrité. Faire de son mieux pour occulter ses intérêts personnels et prendre la décision juste. Traiter comme on a envie d’être traité. Bref, les déclinaisons et les illustrations sont infinies, et on en voit des dizaines d’exemples sur une seule journée de compétition. C’est quelque chose que l’arbitrage partagé nous donne le droit de garder. Il faut le célébrer, et en personne intègre, avoir le courage de se battre quand cette notion paraît menacée.

Il y a aussi un comportement adulte à adopter, des capacités de conciliation, de négociation et d’argumentation à développer. J’en ai déjà parlé un peu dans un précédent article, et c’est une vraie richesse.

Et il y a la grandeur compétitive. Connaître les règles et perdre avec le sourire, c’est à la portée de tous. Mais les plus doués en termes de Spirit sont ceux qui peuvent produire un véritable effort physique et mental dans un moment important, le provoquer chez l’autre, et malgré cette tension, garder les qualités des paragraphes précédents. Vous noterez que je n’ai toujours pas parlé de sourire ou de sympathie ; souvent, pour défendre ce que l’on pense être juste, il faut être ferme, parfois désagréable. Et bizarrement, quelqu’un qui sacrifie son « capital sympathie » pour défendre ses couleurs et sa communauté, ça force mon respect.

C’est en partie ce que résumait Kobe Bryant quand il parlait de Derek Fisher, son meneur des grands moments soudain transféré dans un club rival, en amont de leurs retrouvailles sur le terrain : « Ce n’est pas en étant sympa l’un avec l’autre qu’on devient quintuple champion NBA […] Je suis sûr qu’il va planter son coude en plein de mon dos. Et c’est pour ça qu’on s’aime. »

Ce qu’on a souvent tendance à oublier, c’est que Derek Fisher ne met pas des coups de coude à Kobe Bryant quand ils partagent une bière à la buvette du Vini’l Tour. Chez certains, il y a une réelle dichotomie entre le caractère sur le terrain et la personnalité de tous les jours, et là aussi, c’est pour moi une preuve de spirit : le mec qui le soir venu est ouvert au partage d’un moment d’amitié alors qu’on se détestait quelques heures plus tôt, je le veux dans mon équipe.

Et c’est quelque chose que je souhaite à tous les compétiteurs qui me lisent : de trouver un rival, quelqu’un avec qui vous pourrez vous entendre pour déformer les règles comme il vous plaît, avec qui vous pourrez échanger du respect, des défenses un peu trop agressives, des débats sur des calls, des humiliations sur des duels aériens, et quelques verres de trop une fois la nuit tombée.

Et si jamais on vous décernait le prix de l’Esprit du Jeu le lendemain, exigez qu’on vous remette bien ce prix-là, et non pas son petit frère, le prix du fair-play.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Fair-play ≠ Spirit »

  1. Très bon article. Le Fair play est encore trop souvent confondu avec l’EDJ, et ce, même au plus haut niveau de pratique … Ne parlons même pas du ‘fair play’ (oui, oui ‘fair play’ de ceux qui croient qu’ils évaluent l’EDJ) qui est remplacé par la connivence ou la complaisance voire le capital connaissance-sympathie … Trop tard j’en ai parlé.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s